Les femmes dans la Tech dînent chez Malt !

Dîner StartHer x Malt

Chacune à sa manière, les équipes de StartHer et de Malt sont engagées pour accroître la présence des femmes dans la Tech. Alors, quoi de plus naturel que d’unir ses forces pour faire le point sur le sujet de manière originale et réfléchir à des pistes ensemble ?

Le temps d’un dîner dans les super locaux de Malt, nous avons invité quelques femmes de nos communautés respectives, pour favoriser les rencontres et faire naître de nouvelles idées. Photographe, content strategist, head of talent, UX designer, entrepreneure, head of community, country launcher… Si elles ont en commun de décliner leurs jobs plutôt en anglais, ces femmes dans la Tech ont des parcours, formations et expériences très différents : c’est ce qui rend les échanges intéressants ! Chacune son tour, elles se présentent, expliquent comment elles sont arrivées où elles sont, les projets sur lesquels elles travaillent en ce moment. La discussion s’est ensuite vite animée autour de sujets communs, mais a aussi été enrichie par des perspectives différentes.

Être là où elles sont aujourd’hui, ce n’était pas une évidence quelques années plus tôt

Certaines travaillent dans un grand groupe, ou dans une start-up, d’autres y sont passées pour se mettre ensuite à leur compte, d’autres encore ont fait le chemin inverse. Les similitudes, ont les retrouve en filigranes des échanges de la soirée : être là où elles sont aujourd’hui, ce n’était pas forcément une évidence pour elles quelques années plus tôt. Elles ne disent pas que c’était particulièrement difficile… mais elles ont dû faire preuve d’imagination et parfois de ténacité, provoquer les opportunités, ne pas (trop) se laisser impressionner par le risque et muscler leur confiance en elle.

Les femmes dans la Tech de Malt et StartHer

Rachel, UI/UX designer, se souvient très bien quand elle a envisagé de faire une école tournée vers les métiers du web, au hasard d’une discussion. Elle pensait se retrouver au milieu d’étudiants et fut heureuse de constater, à la rentrée, que quelques autres filles avaient bravé l’auto-censure. Pour elle, “c’est important d’améliorer la visibilité de modèles féminins et de montrer aux jeunes filles et jeunes femmes que tout leur est possible et atteignable.”

Déborah, de son côté, a récemment rejoint une jeune start-up très prometteuse de l’AssurTech. Sa mission est clé : elle est chargée de recruter et, surtout, de conserver les talents. Elle a déjà de l’expérience en la matière puisqu’elle a fait le même travail chez Buffer. Nous sommes toutes attentives quand elle nous explique que les biais sont nombreux à chaque étape et qu’il existe des bonnes pratiques et des process à mettre en place pour les éviter. L’enjeu final : favoriser la diversité et l’inclusion au sein de très jeunes organisations, qui n’en sont pas encore à se poser la question de la structuration des ressources humaines !

Favoriser l’entraide, encourager les rencontres et le partage d’expérience

Léonor, content strategist, a quant à elle longtemps travaillé en agence avant de franchir le pas de l’indépendance. Sans aucun regret. Elle a monté un collectif communiquant, afin d’être plus fortes à plusieurs et complémentaires quand il s’agit travailler sur de gros projets. C’est en effet le revers de la médaille : la liberté des freelances, il arrive que cela effraie les clients, qui préfèrent recruter plutôt que d’externaliser.

Favoriser l’entraide, briser l’isolement, faire de la pédagogie auprès des entreprises pour généraliser le travail freelance, encourager les rencontres fructueuses et le partage d’expérience… Tels sont justement les enjeux auxquels s’attaque Camille Léage, head of community chez Malt. Au-delà de l’accompagnement qu’elle offre à sa communauté, la plateforme de recrutement de freelances a à coeur d’encourager la diversité en interne. 40% de ses effectifs sont des femmes, dont deux tiers dans l’équipe de développement front end, et la directrice commerciale est une femme, comme la majorité de son équipe (65%).

La diversité dans l'équipe de Malt

Pour Camille : “Cette soirée a permis à la fois de regrouper des entrepreneuses et décideuses en entreprise et de créer des formes nouvelles de solidarité et d’entraide grâce à du partage d’expérience”. Elle n’en dira pas plus pour l’instant sur la suite de cette initiative lancée avec StartHer, mais elle tient à inscrire la démarche dans la durée et engager l’entreprise dans des actions concrètes, et évidemment impliquer les hommes. Il est essentiel qu’ils fassent partie de la réflexion… et de la solution !

16%, c’est le pourcentage des femmes dans la Tech

Cela ne fait pas de mal de terminer cet article en resituant le contexte : les femmes sont aujourd’hui minoritaires dans les métiers du numérique, puisqu’elles ne représentent que 28% des salariés. Elles sont encore moins nombreuses à exercer un métier dans la Tech : 16% (voir notre article de février 2018 présentant l’infographie des Femmes dans la Tech). L’écart se réduit pour les freelances et les entrepreneures, puisque le pourcentage de femme avoisine les 30% dans chacune de ces catégories (mais 14,5% des levées de fonds pour les entrepreneures, voir notre baromètre 2018 et voir aussi le baromètre des freelances).

Face à ces constats, toute l’équipe de StartHer s’est mise au travail pour être force de proposition. Nous avons hâte de vous en dire plus sur nos prochaines actions !

 

Written By
More from arey

Starther Awards: interview with Clustree’s founder Bénédicte de Raphélis Soissan

We recently caught up with Bénédicte de Raphélis Soissan, founder of French startup...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *