Interview de Kathryn Green, CTO de SmartAngels

 

Nous avons interviewé un panel d’actrices et acteurs de la tech pour recueillir leurs impressions sur le recrutement féminin dans le secteur. 

Quand je suis entrée à l’Epitech, nous étions une trentaine de filles dans toute la France.

« Je trouve mon parcours plutôt classique. J’ai fait un Bac S, suivi d’une école d’informatique, l’Epitech, pendant cinq ans. Il n’y avait pas beaucoup de filles à mon arrivée, je dirais une trentaine dans toute la France et lorsque j’ai terminé mon cursus, nous n’étions plus qu’une grosse dizaine. Sachant qu’il est possible d’intégrer l’école les départs n’ont pas été compensés par les arrivées ! Je ne sais pas vraiment comment analyser cela : peut-être qu’elles ne s’attendaient pas à ce que ce soit si difficile, humainement et techniquement ? Nous enchaînions en effet des nuits blanches pendant plusieurs semaines d’affilée. Ou alors la cohabitation avec des hommes n’était pas évidente, avec les sujets de conversation que cela implique… ?

Celles qui sont restées ont toutes en commun d’être ambitieuses, de ne pas hésiter à s’imposer face aux hommes avec lesquels elles travaillaient.

Comme nous étions très peu nombreuses, « noyées dans la masse » en quelque sorte, nous ne nous voyions en fin de compte pas beaucoup. Les deux filles avec lesquelles j’étais plus proche durant mes études avaient des caractères bien affirmés : l’une voulait être la meilleure de la promo et l’autre avait un côté « garçon manqué ». De manière générale, celles qui sont restées ont toutes une caractéristique commune, celle d’être ambitieuses, de ne pas hésiter à s’imposer face aux hommes avec lesquels elles travaillaient.

La perception des hommes pouvaient malheureusement être parfois très différente : celles qui réussissaient étaient souvent accusées d’user de leur charme pour obtenir de bonnes notes. Il y avait énormément de rumeurs sur les filles de l’école, même si heureusement ce n’était le fait que de personnes isolées et non de la majorité des étudiants ! Une association féminine avait même été créée mais elle a finalement fait plus de mal que de bien : elle a été considéré comme un groupement féministe et cela a rejailli sur toutes les filles de l’école. À mon avis, pour que les choses se passent bien, le mieux à faire est de ne pas y penser, que tous les étudiants et étudiantes travaillent ensemble sans y réfléchir. C’est en tout cas la manière dont j’ai fonctionné et ce qui me concerne, je garde de très bons souvenirs de mes études.

Le fait d’être une femme facilite peut-être le management d’un groupe d’hommes…

Lorsque j’ai quitté l’Epitech en 2013, j’ai constaté qu’il y avait déjà plus de filles dans les nouvelles promos, c’est encourageant. J’y suis allée il y a deux-trois ans et quand je suis entrée dans une pièce, il y avait une vingtaine de filles parmi les hommes ! Beaucoup d’entreprises et également la presse mettent en avant le manque de profils féminins dans l’informatique, je pense que cela doit contribuer à les intéresser à ces cursus.

Par la suite, dans mes expériences professionnelles depuis la fin de mes études, je me suis toujours trouvée en minorité parmi les hommes. Ce qui m’a beaucoup aidée à appréhender le fait d’être en minorité, de devoir gérer des équipes d’hommes, c’est une expérience que j’ai eue durant mon projet de fin d’études. J’ai en effet eu à faire à un homme qui n’acceptait pas d’être géré par une femme, il était très macho. Cela m’a beaucoup aidée dans ma gestion du groupe ! Le fait d’être une femme facilite peut-être le management d’un groupe d’hommes, cela les rend plus sociables, moins agressifs que s’ils étaient face à un CTO homme. »

De nouveaux témoignages seront publiés sur ce blog dans les semaines à venir. Au programme : Béatrice Duboisset, fondatrice de TEDXCEWomen, Rébecca Ménat, Directrice Communication à The Assets, ou encore Jean-François Galloüin, Directeur Général de Paris&Co. Abonnez-vous à notre newsletter pour n’en rater aucune !

Written By
More from arey

Interview de Charlotte Cadé, fondatrice de Brocante Lab

Alors que le Printemps est synonyme du retour des brocantes, braderies et...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *