Vendredi 13…

Eiffel Tower aux couleurs de la FranceCe vendredi 13 avait pourtant si bien commencé. Cela faisait plus de 2 ans que je n’avais pas participé à Girls In Tech Paris. J’étais très fière de pouvoir contribuer à nouveau à ce projet qui me tient à cœur. Nous nous sommes rencontrées, ce midi. Les anciennes semblaient contentes de me voir, nous avons discuté projets, futures événements, écritures, techniques… Puis nous sommes toutes reparties de notre côté, vers nos boulots respectifs. Motivées par le travail à venir. Galvanisées par la joie de toutes. Une grosse envie d’aller de l’avant.

Le soir, j’étais au bar, comme beaucoup de parisiens en cette fin de semaine. Je sirotais du vin avec quelques amis. Nous rigolions, discutions, refaisions le monde, heureux des fiançailles de deux amis présents. Je racontais à un ancien collègue que j’étais assez fière de recommencer GiTParis, quand j’ai jeté un coup d’œil à mon téléphone. Des SMS. Ces SMS que beaucoup de parisiens ont reçu ce soir. “T’es où ?”, “T’es dans Paris ?”, “Dis-moi que t’es chez toi, stp !”. Une légère angoisse dans ces SMS. La suite, on la connaît malheureusement tous.

Après ce week-end irréel, partagé entre improbable déni, inutile culpabilité et compréhensible colère, on retourne tous au travail, comme enroulés dans une chape de brume. On se demande ce qu’il faut faire. Réagir, mais comment ? Écrire, mais pour dire quoi ? Accepter l’inacceptable ? Et repartir comme avant ?

La seule réponse logique est qu’il faut continuer à vivre. Pas comme si rien ne s’était passé. Mais justement parce que tout ceci s’est passé. Il est hors de question de changer nos engagements, nos valeurs, notre identité, pour une poignée d’illuminés ignorants qui veulent terroriser la planète. Alors nous allons continuer à travailler. Pour que la liberté, la volonté d’entreprendre, la diversité continue à prospérer dans la Ville Lumière.

Fluctuat nec mergitur.

Written By
More from Julia

Une année qui commence en fanfare

Avant toute chose, bonne année 2013 à tous et à toutes, pleins...
Read More

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *