Portraits d’intrapreneures 66 Miles : Marianne Gallardo, ENGIE

Ceci est un billet invité rédigé par Paris Pionnières. 

66 Miles est un programme d’intrapreneuriat féminin pour les entreprises, porté par l’incubateur mixte Paris Pionnières et l’agence d’innovation Five by Five. Mené sur une période de 5 mois à raison de 15% de leur temps de travail par semaine, 66 Miles a vocation à remettre les femmes au cœur des processus d’innovation en leur donnant les moyens d’entreprendre dans leur boîte.

Marianne Gallardo, ​Project Leader à ENGIE Biotechnology and Green Chemistry.

Son projet intrapreneurial 66 Miles : Bioscyance révolutionne le traitement de l’eau avec une solution écologique.

AVANT 66 Miles : Curieuse et exaltée. / APRÈS 66 Miles : Heureuse. Enrichie de rencontres et savoirs. Un peu soucieuse car elle a pris goût à l’intrapreneuriat et ne voudrait pas s’arrêter en si bon chemin.

Next step après 66 Miles ? Tout faire pour convaincre d’incuber le projet chez Engie et essayer de lever des fonds.

La spectrométrie de masse, ça vous parle ? Marianne, elle, connaît le thème mieux que l’écran d’accueil de son smartphone; elle en a même fait le sujet de sa thèse qu’elle a soutenue en Allemagne à la fin de ses études (avant de faire un postdoc à Marseille en recherche sur les maladies infectieuses). Comment s’est-elle donc retrouvée dans le gaz ? Elle a croisé le chemin de GDF qui avait besoin d’une experte en… spectroscopie de masse, pour étudier et garantir la qualité des gaz qu’ils produisaient.

Attirée par la révolution de l’énergie renouvelable qui débutait alors, elle laisser tomber la pharmacie d’une main et saisit cette opportunité de l’autre. Marianne, en toute cohérence, poursuit aujourd’hui son parcours dans la révolution verte : Bioscyance, son projet 66 Miles, vise à révolutionner les pratiques de traitement de l’eau. Trop intéressant pour ne pas en parler davantage : l’idée est de remplacer les produits chimiques dont nous – industriels, collectivités, et résidentiels – nous servons pour purifier notre eau, par des biopolymères produits naturellement par… des bactéries des mers et des océans. Et ces biopolymères sont déjà disponibles et produits industriellement par une PME bretonne. Conséquence : Bioscyance est déjà en test sur plusieurs sites Engie, qui a déjà déposé 2 brevets…

Written By
More from arey

StartHer Awards: interview de Gulnaz Khusainova, fondatrice d’EasySize

Rencontre avec l’inspirante Gulnaz Khusainova, fondatrice de la Startup danoise EasySize et...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *