Les nouvelles pépites de l’entrepreneuriat culturel et créatif

D’après une étude CapGemini et eCap Partner, le secteur culturel, création artistique y compris, se placerait au deuxième rang du baromètre des investissments dans les startups du numérique l’année dernière, après le marketing-communication. Parmi ces entrepreneures, on en compte de nombreuses qui souhaitent apporter à ce secteur en plein renouveau une valeur ajoutée technologique.

Elles révolutionnent la bibliothèque, le livre d’or, ou le bijou, elles mettent en lumière et en relation, le tout grâce aux nouvelles technologies : ces jeunes entrepreneures sont résolument “tech” et leur créativité égale celle du secteur dont elles portent les couleurs. Souhaitons qu’elles fassent naître des vocations !

Lisa Durand – WeBibli – Pour les #Booklovers en mal de livres tech

Webibli est un site de prêt de livres entre particuliers, spécialisé dans le numérique. On y trouve des livres traitant de sujets variés, allant du graphisme jusqu’au développement backend.

Lisa Durand, sa co-fondatrice, raconte sa rencontre avec son co-fondateur : “L’idée est venue lorsque nous étions collègues avec Damien, nous étions tous les deux webdesigners et nous nous prêtions nos livres tech. On a rapidement pensé à créer « une grande bibliothèque commune » regroupant toutes les bibliothèques personnelles des professionnels ou des passionnés ayant des bouquins sur le sujet.”

webibli

La plateforme est disponible dans sa nouvelle version depuis Janvier. Plus de 1400 utilisateurs s’y échangent 700 livres, et la communauté continue de grandir au quotidien.

Le conseil de Lisa pour les futures entrepreneures : “Mettez-vous au code ! Investissez cette partie encore trop masculine ! Même sans devenir développeuse, un bagage technique ne pourra qu’aider dans ce milieu. Et bien sur, on vous invite à emprunter des livres pour monter en compétences :)”

Elodie Dessors & Zahra Jenane – Faza – Un Tinder pour tous les créatifs

FAZA est né d’un constat simple: trouver les bons collaborateurs pour réaliser un projet – quel qu’il soit – est très chronophage et relève souvent du parcours du combattant. Les deux fondatrice, Zahra Jenane et Elodie Dessors ont elles-même été confrontées à cette problématique en créant leur société. C’est pourquoi elles ont créé FAZA, une nouvelle plateforme qui permet aux talents créatifs et à ceux qui les cherchent de se trouver mutuellement.

“La solution que nous proposons est à la croisée d’un annuaire en ligne, d’un site de petites annonces et de rencontres 2.0: chaque utilisateur peut swiper les profils ou annonces qui correspondent à ses critères” raconte Elodie. “Notre valeur ajoutée réside notamment dans nos annonces, qui sont postées sous la forme d’images ou photos, comme sur Instagram ou Pinterest. (…) Nous voulions nous distancer des sites d’annonces classiques et de ceux de freelancers qui facturent les transactions.”

FAZA homepage_logged in

Pour mobiliser sa communauté de profils, FAZA a déjà créé un site média, FAZAZINE, et va lancer sa webapp dans les jours qui viennent, et commencer son effort de croissance en effectuant une première levée de fonds.

Camille Caubrière & Alizée Doumerc – GuestViews – Livres d’or numériques pour les musées

 

Camille-Caubriere-et-Alizee-Doumerc-GuestViews-©-Olivier-Ezratty-pour-ww.qfdn_.net_HD1
Photo : Olivier Ezratty, pour http://www.qfdn.net

GuestViews digitalise le livre d’or sous la forme d’une application pour tablette au design soigné, et permet aussi de réunir des données plus intelligentes via une interface de gestion et d’analyse. L’objectif : améliorer les stratégies de fidélisation.

La startup a été co-fondée fin 2013 par Alizée Doumerc et Camille Caubriere. L’équipe est composée de 8 personnes. Depuis sa création, la startup a levé 215 000 euros en love money et auprès de business angels, et a su séduire une vingtaine d’institutions culturelles en France (dont le Louvre et le Grand Palais) ou à l’étranger (Musée d’Ixelles).

La valeur ajoutée de GuestViews est considérable. D’une part, elle fait gagner du temps, puisque le traitement des données ne se fait plus manuellement. D’autre part, la perte d’informations a totalement disparu du fait du passage de l’écriture manuscrite à digitale. Le traitement de ces données se révèle une mine d’or pour les musées.

Le mot des fondatrices pour encourager plus de femmes à l’entrepreneuriat tech: “Ayez confiance, oubliez les barrières psychologiques et ne vous laissez pas décourager sous prétexte que c’est un milieu plutôt masculin. (…) Si d’autres femmes se sont lancées, d’autres peuvent le faire !”

Julie Plus – Wipplay – La photographie d’art accessible à tous

 

julie-plus-wipplay1
Photo : Olivier Ezratty, pour http://www.qfdn.net

Wipplay est une plateforme dédiée aux amateurs de photographie et à la découverte de nouveaux talents. La startup organise des concours prestigieux pour sa communauté de 30 000 photographes, et offre à la vente en ligne leurs créations, “labellisées Wipplay”, pour les amateurs de déco.

Sa fondatrice, Julie Plus, précise: “Wipplay partage avec d’autres réseaux sociaux (Instagram, Pinterest…) le côté « flux ininterrompus » d’images, mais notre valeur ajoutée est celle de l’hyper-éditorialisation et de l’expertise. Il n’y a que sur Wipplay qu’on peut trouver (et même acheter à partir de 65 € !) une photo parrainée par un grand nom de la photographie.”

Issue de la première promotion de la Gaîté Lyrique, incubateur de startups numériques et culturelles, Wipplay a 3 ans, 1 levée de fonds à son actif, 5 collaborateurs et un nouveau défi : lancer officiellement sa plateforme de e-commerce en Juin.

Pour Julie, entreprendre “c’est à la fois le champ libre pour créer, le terrain de jeu pour expérimenter, le meilleur endroit pour rencontrer des nouvelles structures de pensée, et l’espace pour changer un ordre existant.”

Avis aux amateur(e)s !

Nelly Zagury & Célia Elmasu – Holy Faya – bijoux survitaminés, imprimés en 3D

Lancé en Janvier 2015, Holy Faya est un studio créatif basé à Brooklyn, fondé par Célia Elmasu et Nelly Zagury. Le duo propose de la direction artistique, de la création de costumes, bijoux et objets à la mise en scène. En plus de son positionnement radicalement fluo-pop, le duo a une particularité : celle de travailler en impression 3D. Nelly explique : “Les designers utilisent traditionnellement l’impression 3D pour la phase de prototypage et au niveau bijoux, c’est l’impression en métal qui prime toujours. Avec Holy Faya, nous prenons la liberté de mélanger le bioplastique de l’impression 3D avec de l’or, du cuir, des cristaux, de la nacre par exemple. Au delà de la magie de cette technologie; assister à la métamorphose d’un volume dans l’espace; la légèreté, la beauté, la solidité du matériaux autant que l’aspect écologique nous ont séduits.”

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=6uTrvqs0BvM]

Tout récemment, les deux créatrices ont même lancé un “Love Temple Photobooth” (un photomontage et des bagues imprimées en 3D lors d’une soirée) en soutien au candidat Bernie Sanders, qui “porte les valeurs de Holy Faya, prônant la diversité et le combat pour l’égalité.” Une preuve de la conviction du duo : “La technologie est un outil fantastique pour rêver le monde de demain, concrétiser un idéal et répandre un message positif.”

Marie Ouvrard – Encore Magazine – La revue des passionnés et créatifs

Encore est un magazine en ligne lancé en mai 2014 et aujourd’hui une revue semestrielle. “Notre volonté est de mettre en avant les parcours et les expériences d’une génération animée par la motivation et l’ambition de faire de sa passion son quotidien.” Raconte Marie Ouvrard, sa fondatrice. Depuis 10 ans, elle raconte les histoires d’entrepreneurs, artisans ou créatifs en tant que journaliste, et est elle-même entrepreneure depuis 8 ans.

encore magazine

Encore s’inscrit résolument dans un mouvement de révolution des contenus initié par le web; pour Marie, “Que ce soit en photo, vidéo ou texte, la qualité des contenus est devenue très élevée et les approches éditoriales tout aussi abouties qu’originales. Je pense que l’intérêt est dans la multiplication des supports et des informations. C’est à nous, éditeurs, de proposer les meilleurs contenus mais aussi de créer des synergies entre nos activités pour que chaque internaute puisse trouver le contenu qui lui correspond le plus simplement possible.”

Encore est financé sur fonds propres, depuis une campagne de crowdfunding remportée au lancement du magazine.

Et pour cette experte des portraits d’entrepreneurs, “les exemples de réussites des femmes entrepreneures sont de plus en plus nombreux ! La société est en train de changer, que ce soit dans l’entrepreneuriat tech ou de manière plus générale, les femmes ont déjà prouvé qu’elles étaient légitimes et talentueuses à la tête de grandes entreprises à succès. Tout est possible à qui s’en donne les moyens !”


Alors, elle vous inspire notre sélection ? Vous connaissez d’autres pépites tech + culture qui méritent d’être découvertes ? Dites nous en commentaire !

Written By
More from rvanier

3 Conseils Recrutement par Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa – pour plus de femmes dans la tech !

L’équipe de StartHer a rencontré unE des expertEs les plus proches du...
Read More

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *