Interview d’Aviva Markowicz, International Strategy Manager à NUMA

Aviva-Markowicz_span4.jpg

Nous avons interviewé un panel d’actrices et acteurs de la tech pour recueillir leurs impressions sur le recrutement féminin dans le secteur. 

Nombreuses sont celles qui ressentent ce que l’on appelle le “syndrome de l’imposteur” et vont ainsi ériger leurs propres barrières.

« En arrivant au NUMA il y a trois ans, à l’époque du Camping, je ne voyais pas la justification de la discrimination positive. Pour moi, il fallait sélectionner les meilleurs projets, qu’ils soient portés par des hommes ou des femmes. Avec le temps, en échangeant avec des entrepreneures, je me suis rendu compte qu’en réalité, elles ne partaient pas avec le même bagage. Nombreuses sont celles qui ressentent, de façon plus ou moins prononcée, ce que l’on appelle le “syndrome de l’imposteur” et vont ainsi ériger leurs propres barrières. Cela va par exemple se traduire dans le choix d’un projet ou dans l’attitude auprès d’investisseurs. Une femme aura ainsi tendance à être plus prudente dans ses projections et dans sa demande en fonds d’amorçage pour le développement de sa start-up là où un homme sera plus ambitieux.

Nous ne sommes pas sur un pied d’égalité face à l’envie d’entreprendre où la prise de risque ; la notion de discrimination positive, je l’appréhende différemment aujourd’hui.

En tant qu’accélérateur, on a envie d’accompagner les femmes dans leurs projets. Il faut mettre en place de réelles initiatives pour que les choses changent, pour inciter les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat. NUMA est notamment partenaire de l’américain Blackbox Connect, un programme intensif de deux semaines dédié aux femmes entrepreneurs hors US. Je trouve ce type d’initiatives très inspirantes et je pense qu’il devrait y avoir plus de programmes similaires en France.

La majorité des hommes de la génération Y estiment que la mixité est devenue une vraie norme, c’est très positif.

En discutant avec des entrepreneurs passés par NUMA, je me rends compte à quel point la mixité est appréciée. Elle contribue à un bon équilibre dans les équipes, à une meilleure ambiance, à plus d’empathie. La majorité des hommes de la génération Y estiment que la mixité est devenue une vraie norme, c’est très positif. Je pense que les générations à venir vont vraiment changer la donne, surtout sur un marché du travail où plus de 50% des métiers dits « traditionnels » vont être amenés à être profondément remaniés, voire disruptés grâce à la transformation numérique. Les jeunes femmes doivent s’emparer de ce grand mouvement structurel, car il y a autrement un risque que le gender gap se creuse. La révolution numérique est une réelle opportunité qu’il faut savoir saisir pour rattraper ces écarts.

L’attitude des hommes, parfois involontaire, même bienveillante, peut se révéler condescendante et “discréditante”.

J’ai aussi découvert que la discrimination passait par des attitudes ou des mots de vocabulaire, parfois inconscients. Le monde de l’entrepreneuriat reste un milieu principalement masculin où la représentativité  des femmes est minoritaire. Face à cela, l’attitude des hommes, parfois involontaire, même bienveillante, peut se révéler condescendante et “discréditante”. C’est ce qui m’est arrivé quand on m’a présentée à une conférence où je devais intervenir comme “the Adorable Aviva”, juste après un panel d’investisseurs 100% masculin. On connaît l’importance de la première impression, et j’ai su que j’allais avoir tout un auditoire à récupérer… Ce sont des petits détails très importants. Les hommes doivent être attentifs dans leurs rapports avec la gent féminine. Eux aussi sont acteurs de ce changement et doivent se responsabiliser ! »

De nouveaux témoignages seront publiés sur ce blog dans les semaines à venir. Au programme : Sophie Dingreville, Partner à Iris Capital, Delphine Rémy-Boutang, Co-fondatrice de la Journée de la Femme Digitale ou encore Kathryn Greer, CTO chez SmartAngels. Abonnez-vous à notre newsletter pour n’en rater aucune !

Written By
More from arey

“Dans 10 ans, la Blockchain sera largement utilisée et personne ne saura ce que c’est.” Claire Balva

Dans la soirée du 18 mai prochain, Girls in Tech organise un événement...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *